La famille royale britannique et l'Ecosse

L’Ecosse et ses paysages sauvages verdoyants où l’homme semble n’avoir jamais posé sa patte. Ce pays où le son de la cornemuse rythme la vie de ses habitants se révèle être l’Eldorado de la famille royale britannique. C’est cette histoire que je vous invite à découvrir. Celle du lien durable qu’ont su tisser les membres des Windsor avec cette terre aux traditions si attachantes.

L'Ecosse de la reine Victoria

Bal4 0Depuis 1707, l’Ecosse fait partie intégrante de la Grande-Bretagne, cette île qui regroupe trois nations qui s’opposèrent pendant des siècles. L’Ecosse est une nation de traditions et qui revendiquent sa différence avec ses voisins britanniques. En cela repose ce charme enchanteur dont la reine Victoria s’éprit en son temps.

Nous sommes en 1853 lorsque la reine Victoria et son époux Albert achètent le domaine de Balmoral. Situé au cœur des Highlands, il voit sortir de terre un petit château au style germanique qui détonne avec le paysage environnant. Balmoral devient le théâtre du bonheur de la famille régnante.

La reine Victoria est une amoureuse de l’Ecosse. Toute sa vie, elle apprécia déambuler dans la campagne sauvage flanquée par un vent frais et mouillée par une pluie brutale. Mais c’est bien de ce climat si dur que Victoria est amoureuse. Ces grands Ecossais à la barbe rousse qui portent le kilt deviennent ses principaux domestiques, à l’instar de John Brown. Ce dernier sera d’ailleurs à l’origine d’une rumeur. Après la mort du prince Albert en 1861, elle trouve le réconfort dans la sympathie de cet écuyer écossais dont elle ne peut se passer. Très vite, le tout Londres parle d’un mariage secret qui lierait la souveraine à son domestique. Le mystère restera total sur cette affaire.

A Balmoral, Victoria rassemble sa famille pour passer quelques semaines de vacances. En Ecosse, elle se renferme pour vivre recluse le temps de sa longue dépression endeuillée. Mais Victoria ne peut pas rester très longtemps sans un esprit écossais à ses côtés. Elle impose une tradition qui demeure de nos jours. Chaque matin, le souverain est réveillé par le son de la cornemuse, où qu’il se trouve. Avec la reine Victoria naît l’amour écossais des Windsor dont Elizabeth II est la plus fidèle représentante.

 

La reine Elizabeth II, souveraine écossaise

The queen at the scottish parliamentSi la Elizabeth II est connue pour être la « reine d’Angleterre », elle est aussi la souveraine d’Ecosse. En avril 1953, trois semaines seulement après son couronnement en l’abbaye de Westminster, elle avait reçu les regalia écossais en la cathédrale Saint-Gilles d’Edimbourg. Ainsi naît la reine d’Ecosse.

La couronne d’Ecosse est la plus ancienne du Royaume-Uni. Elle a été conçue vers 1540 et n’a quasiment jamais été modifiée depuis. Mais contrairement à la couronne de Saint-Edward ou la couronne impériale d’Etat, Elizabeth II n’a jamais porté ce joyau symbolisant son pouvoir.

La reine ouvre, comme en Angleterre, les sessions du Parlement. On l’oublie souvent mais depuis 1999, l’Ecosse dispose d’un Premier Ministre et d’un parlement mais dont les pouvoirs sont limités par les décisions de Londres. Elle fait une entrée solennelle au cœur du Parlement à Edimbourg chaque année, où elle prononce un discours écrit par le Premier Ministre avec à sa gauche la couronne écossaise.

Elizabeth II et l'Eglise d'Ecosse

La reine est une personne extrêmement croyante. Sa piété est sa force. Elle accorde donc une grande place à son rôle de chef de l’Eglise d’Angleterre. Mais qu’en est-il en Ecosse ?

L’Ecosse dispose de sa propre Eglise. Née en 1560, il s’agit d’une Eglise presbytérienne indépendante fondée par John Knox. Cette dernière est dirigée par une assemblée qui se réunit chaque année. Si Elizabeth II ne dirige pas l’Eglise écossaise, elle n’en est pourtant pas moins attachée. Et pour cause, elle a juré de protéger l’Eglise d’Ecosse lors de son tout premier Conseil privé en 1952. Lors du rassemblement de l’Assemblée générale, elle a toujours tenu à être représentée. Si elle n’y pas en personne, elle désigne un représentant officiel qui porte le titre de Lord High Commissioner. Au cours de son règne, ses quatre enfants ont été désigné pour prendre part à l’assemblée. Le dernier en date fut même le duc de Cambridge.

 

L'ordre du Chardon

L’ordre du Chardon est le plus prestigieux ordre de chevalerie d’Ecosse, à l’instar de l’ordre de la Jarretière en Angleterre. Il est aussi le second plus important du Royaume-Uni. Institué en 1687, il est aujourd’hui dirigé par Elizabeth II. Seulement vingt personnes peuvent bénéficier de la dignité de chevalier. Parmi eux, trois membres de la famille royale désignés par le souverain en font partie. Aujourd’hui, ce sont les princes Charles et William, ainsi que la princesse Anne, qui occupent ces positions.

Chaque année, la reine, en habits verts et coiffée d’un chapeau à plume, préside une cérémonie qui rassemble tous ses chevaliers en la cathédrale Saint-Gilles d’Edimbourg. Chaque membre revêt cet uniforme qui ressemble beaucoup à celui porté par les chevaliers de l’ordre de la Jarretière et qui arbore les symboles de l’ordre. Si Saint Georges est le saint patron de l’ordre de la Jarretière, Saint André est celui du Chardon. Il est donc représenté sur tous les insignes de l’ordre.

2013aa73681 1024px

La semaine écossaise de la reine

Chaque année, Elizabeth II s’accorde une semaine où elle se place véritablement comme le monarque écossais. Elle prend ses quartiers au palais de Holyrood à Edimbourg où elle accorde une audience aux grands dignitaires écossais et au Premier Ministre. Elle peut aussi recevoir des hôtes étrangers. Ainsi, en 2010, le pape Benoît XVI fut le premier souverain pontife à poser les pieds sur le sol écossais.

Pendant sa semaine à Holyrood, elle organise aussi une garden party où des centaines de personnes sont conviées. Cette semaine en Ecosse est aussi l’occasion de rencontrer ses sujets lors de nombreuses obligations officielles.

4207191b00000578 4665418 image a 44 1499189602992

Balmoral, les vacances enchantées des Windsor

La reine passe tous ses étés dans son domaine de Balmoral. Propriété privée, ce château au cœur d’un immense parc convient parfaitement à cette amoureuse du grand air. Elle aime y rassembler sa famille pour des barbecues le long de la rivière Dee, des parties de chasse ou de pêche. A Balmoral, le kilt est de mise. Un protocole très strict est observé.

Pendant un temps, Elizabeth II semble redevenir Lilibeth, une simple propriétaire terrienne aux plaisirs champêtres, lorsqu’elle est à Balmoral. Elle aime aussi inviter chaque été, et cela pendant une semaine, son Premier Ministre à séjourner auprès d’elle. A Balmoral, c’est une face peu commune que la souveraine aime laisser entrevoir.

L'Ecosse au coeur de la vie de la famille royale britannique

211449413 181818230569664 7274035994294816894 nMais la reine Elizabeth II est loin d’être la seule au sein des Windsor à aimer l’Ecosse. La plupart des membres de la famille royale ont un titre honorifiques écossais. Le plus connu est bien entendu le duc d’Edimbourg. Mais d’autres titres moins connus ont été offerts par la souveraine à ses descendants. Le prince Charles par exemple est aussi duc de Rothesay, tandis que le prince William est également comte de Strathearn.

L’Ecosse fait partie intégrante de la vie des Windsor. Quand la princesse Anne exprime le désir d’épouser Timothy Laurence suite à son divorce avec Mark Phillips, elle est confrontée à un problème de taille. L’Eglise d’Angleterre ne permet pas le remariage. C’est donc en Ecosse, selon le rite presbytérien, qu’elle l’épouse en 1992. L’Ecosse est loin d’être un simple lieu de villégiature pour la princesse Anne.

Le prince Charles est lui aussi très attaché à l’Ecosse. En 1952, la reine-mère achète le château de Mey sur la côte nord de l’Ecosse. Dans cette vielle demeure du XVIe siècle qu’elle fait restaurer, elle passe sa période de deuil avant de venir y séjourner chaque mois d’août et d’octobre. Queen Mum adorait ce château aux allures typiquement écossaises qui lui rappelait le château de Glamis où elle a passé les meilleures années de son enfance. La mère d’Elizabeth II rend son dernier souffle en 2002. Le prince de Galles fut toute sa vie très attaché à sa grand-mère. Tel un pèlerinage en souvenir de Queen Mum, il passe chaque mois d’août une dizaine de jours au château.

Le duc de Cambridge est le dernier des Windsor a avoir un lien très étroit avec l’Ecosse. Il entre en 2001 à l’université de Saint Andrews pour décrocher une maîtrise en géographie. Dans cet établissement écossais prestigieux, il rencontre sa future épouse Catherine Middleton, surnommée Kate. Pour le prince William, l’Ecosse a une véritable valeur sentimentale.

La reine se positionne comme le trait d’union entre Londres et Edimbourg. Sans elle et les membres de sa famille, l’Ecosse indépendantiste aurait pris le pas sur son avenir. Pour les Windsor, l’Ecosse n’est pas une simple nation appartenant à leur royaume. L’Ecosse fait partie de leur vie officielle et personnelle. Sans l’Ecosse, la famille royale perdrait ce qui définit leur spécificité.

Kevin guillot 1

Kévin Guillot

Vous pourriez aussi aimer

Date de dernière mise à jour : 05/07/2021

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire